DONNÉES CHIFFRÉES du 119 en 2020

Combien d’appels traités par le 119 ?

39 427 appels traités en 2020 (108/j en moyenne) par les écoutants, professionnels de l'enfance.
Ils se répartissent en aides immédiates et en informations préoccupantes.
Aides immédiates : 17 852 (soit 49/j en moyenne).  Les aides immédiates sonts des entretiens avec conseils, soutien, orientations, renseignements et/ou qui révèlent un danger ou un risque de danger sans élément identifiants.
Informations préoccupantes : 21 575 (soit 59/j en moyenne). Les entretiens donnent lieu à une information préoccuante lorsqu'i y a une situation d’enfant en danger ou en risque de danger. Le compte rendu est alors adressé à la Cellule de Recueil des Informastions Préoccupantes (Crip) du département concerné.

Quels sont les types de dangers évoqués dans les appels traités par les écoutants (39 427 en 2020) ?

En 2020, 41 811 enfants sont concernés par une situation de danger.
1/3 des dangers en 2020 sont des violences psychologiques (30,4%).
Les négligences envers l'enfant  (20,9%), violences physiques (20%), violences au sein du couple (8,6%), conditions d'éducation compromises (9,9%), comportement du mineur se mettant en danger (6,1 %), violences sexuelles (3,6 %). Plusieurs dangers peuvent être associés dans une même situation.

Qui sont les appelants ?

41 652 appelants dont 33,2% de la famille proche.
7 761 appelants sont des mineurs (18,6% de la totalité des appelants) dont 4 060 (14,6%) sont concernés par la situation.
 

Qui sont les auteurs présumés à l'origine des dangers ?

Plus de 9 auteurs présumés sur 10 appartiennent à la famille proche (père, mère, beau-parent, membre de la fratrie, grand-parent).

Combien d'enfants sont concernés en 2020 ?

Lors des appels traités, les appelants ont évoqué 56206 enfants dont 41 811 sont en danger ou en risque de l’être.
Pour la plupart de ces enfants, la classe d’âge et le sexe sont connus (79,7%).
Les enfants en danger vivent principalement chez leur mère. Les auteurs présumés sont très majoritairement des adultes et plus de 8 auteurs présumés sur 10 sont l’un des deux parentsJusqu’à 11 ans, les garçons évoqués durant les appels sont un peu plus en danger ou en risque de l’être que les filles. À partir de l’adolescence la tendance s’inverse.

Quelles sont les suites apportées aux informations préoccupantes ?

Pour 25 des situations repérées par le 119, la famille n'était pas connue pour faits de maltraitances avant l’appel au 119.

 

 

30 ANS D'ACTIVITÉ

GENÈSE

En 1988, à l’initiative d’Hélène Dhorlac de Borne, alors Secrétaire d’Etat chargée de la Famille, une commission, s’est réunie pour examiner les questions de dépistage, de signalement et de prise en charge des mineurs maltraités.

Cette commission, présidée par Jacques Barrot rassemblait des représentants de l’Etat, des Départements, des associations et a auditionné de nombreux experts pour faire cet état des lieux.

C’est dans ce cadre que Madame Anne-Aymone Giscard d’Estaing, Présidente de la Fondation pour l’Enfance, a présenté l’expérience du dispositif téléphonique italien « Il Telefono Azzurro ».

La commission a alors suggéré dans ses conclusions la création d’un service téléphonique identique en France.

Le Gouvernement a ainsi présenté un projet de loi relatif à la prévention des mauvais traitements et la protection des mineurs.

Cette loi votée à l’unanimité par les parlementaires a été promulguée le 10 juillet 1989.

Le Service national d’Accueil Téléphonique pour l’Enfance Maltraitée a ouvert le 10 janvier 1990.

Le SNATEM a été constitué sous forme juridique d’un Groupement d’Intérêt Public regroupant 3 partenaires : l’Etat, les Conseils Généraux et des associations de protection de l’enfance.

Il est, depuis sa création, financé à parts égales par l’Etat et les Départements.

Ce service a été conçu afin de permettre à tout citoyen d’évoquer une situation de mauvais traitements à enfant auprès de professionnels de l’enfance 24h sur 24 et gratuitement.

Ce service a également été mis à la disposition des conseils généraux pour les aider à remplir pleinement leur mission de prévention et de protection des enfants.

Il a pour mission légale : l’écoute , l’orientation et la transmission des informations préoccupantes aux départements pour prise en charge.

Son numéro, le 05 05 41 41, devait « obligatoirement être affiché dans tous les lieux recevant des mineurs ».

Ce service d’accueil téléphonique, plus communément appelé « Allô Enfance Maltraitée » a ainsi reçu ses premiers appels le 10 janvier 1990. En 20 ans, il n’y a pas eu une seule journée sans que le téléphone ne sonne des centaines de fois. Et ce, quel que soit le numéro d’appel : 05 05 41 41 > 0800 05 41 41 > 119…

 

Productions du service

 

Livret "Le 119 au service des droits de l'enfant" (édition 2019) préfacé par la Défenseure des Enfants. Ce livret illustre de façon concrète les articles de la Convention internationale des droits de l'enfant par des exemples réels d'appels au 119.
=> Disponible uniquement par téléchargement (libre et gratuit)
 

Actes

•5ème séminaire biannuel "SNATED/CRIP"
Paris - 27 mars 2018

Télécharger le document

•4ème séminaire biannuel "SNATED/CRIP"
Palais Bourbon - 25 septembre 2015

Télécharger le document

 

3ème séminaire biannuel "SNATED/CRIP"- Assemblée Nationale - 28 mars 2013

Télécharger le document

 

Les 20 ans du 119 : une expérience confirmée d’un outil spécifique dans le dispositif de la protection de l’enfance en France et de la téléphonie sociale internationale - 29 mars 2011 - Paris
Télécharger le document «Actes 20 ans du SNATED»

 

Le 119 et les Départements : une analyse des pratiques collaboratives 3 ans après la loi du 5 mars 2007 - 17 juin 2010 - Paris
Télécharger le document «Actes 2010

 

• Travailler ensemble dans le cadre de la loi du 5 mars 2007 pour une meilleure protection de l’enfance

Actes de la Journée de rencontre «119-Correspondants départementaux»

25 septembre 2008 – INHES – La Plaine Saint Denis

Télécharger le document «Actes 2008»

Etudes

Maltraitance Infantile et violences conjugales

Etude épidémiologique dirigée et rédigée par Albert Crivillé, psychologue clinicien et psychanalyste, avec la collaboration des professionnels du SNATEM - 2003-2004
Télécharger le document

Co-productions du service

 

Actes de la 2ème journée des écoutants et de la téléphonie sociale et en santé - 4 Fevrier 2016

Télécharger les Actes de cette journée

 

Affiche sur le dispositif de protection de l'enfance en France.(Réédition du GIP Enfance en Danger - juin 2016)

Télécharger :

   le format poster (67,5 x 95 cm)
   le format A2 (40 x 60 cm)
   le format A3
   le format A4

 

• Charte TeSS Télécharger le document

- 1ère Journée des écoutants et de la Téléphonie Sociale et en Santé - 22 novembre 2013 - Paris

Télécharger les Actes de cette journée

 

• Charte Médias Télécharger le document